6 mois de prison avec sursis requis contres des cadres du RN: la dédiabolisation du RN s’effondre

Le procureur de la République a requis 6 mois de prison avec sursis et des amendes contre les cadres du RN pour avoir prôné la “priorité nationale” dans un guide électoral. Voilà qui met à nu la stratégie de dédiabolisation du RN : un pur écran de fumée cachant leurs vraies intentions discriminatoires.

Quatre anciens cadres du RN, dont Steeve Briois, Sophie Montel et Marie-Thérèse Costa-Fesenbeck, sont jugés à Nanterre pour avoir rédigé et diffusé en 2014 un “guide de l’élu FN” prônant la “priorité nationale” dans l’attribution des logements sociaux. Le parquet demande des peines allant jusqu’à 6 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende.

Cette affaire révèle ce que beaucoup savaient déjà : derrière le masque soi-disant respectable du RN se cache la même vieille idéologie de haine et de division. Dédiabolisation ? Une blague de mauvais goût.