Affaire Dati : Des soupçons de corruption révélés, Hidalgo alerte la justice

L’affaire Rachida Dati prend une tournure toujours plus scandaleuse. Anne Hidalgo a jeté un pavé dans la mare en faisant un signalement à la procureure de la République, concernant une possible utilisation d’agents publics à des fins privées par Dati. L’ex-députée européenne, déjà scrutée pour des honoraires de 900 000 euros reçus de Renault-Nissan entre 2010 et 2012, est maintenant suspectée d’avoir détourné ces fonds pour des opérations de lobbying à Bruxelles et Strasbourg. Dati se défend, mais les pièces du puzzle commencent à s’assembler de manière inquiétante.

Le “dossier Sarkis”, exposé par le Nouvel Obs, ajoute encore à la controverse. Dati aurait perçu au moins 300 000 euros d’un homme d’affaires lié au secteur énergétique, impliquant l’Azerbaïdjan et le Qatar, tout en défendant ardemment les intérêts des hydrocarbures au Parlement européen. Ces révélations soulèvent des questions graves sur l’intégrité de l’ancienne ministre, peignant le portrait d’une élue dont les actions politiques pourraient avoir été influencées par des rémunérations externes.