Darmanin attaque, la liberté d’expression trinque

C’est l’histoire d’une plainte qui en dit long sur la tolérance du Ministère de l’Intérieur face à la critique. Gérald Darmanin, en sa majesté offensée, a lancé des accusations de “diffamation et injure publiques” contre Olivier Cuzon, syndicaliste de SUD-Éducation et professeur à Brest.

Olivier Cuzon, qui gère aussi le journal de son syndicat, s’est vu reprocher son audace à parler librement des agissements de la police et de la gendarmerie. Entendu en audition libre, il n’a pas manqué de souligner l’ironie de la situation : “Il y a dans cette plainte une atteinte intolérable à la liberté d’expression d’un journal syndical, qui par principe a une expression engagée.” Et il a raison. Cette plainte n’est pas juste une attaque contre un homme, mais un assaut contre tout un mouvement qui ose élever la voix contre les politiques gouvernementales.