Venise en ébullition : Brutalité policière contre les manifestants anti-G7

Venise, la cité des masques, a révélé un visage moins romantique et plus sinistre alors que les forces de police italiennes ont violemment réprimé les manifestants anti-G7. Armés de matraques, les force coercitive ont chargé sur des centaines de participants qui dénonçaient les politiques néocoloniales du sommet ministériel.

Le G7, cet illustre club des puissances occidentales, se réunit pour défendre un “système international fondé sur des règles”, tout en orchestrant des manœuvres géopolitiques qui favorisent les conflits. Au menu de leur hypocrisie cette année : l’armement controversé de l’Ukraine et des stratégies douteuses concernant le Moyen-Orient.

L’ironie atteint son paroxysme alors que le sommet prône la “défense” de valeurs universelles, tandis que les rues de Venise sont le théâtre de violations flagrantes des droits de l’homme. Les manifestants, seul véritables porteurs de paix, réclame des comptes d’un G7 qui échoue non seulement sur le front de la paix mondiale, mais aussi sur ses promesses climatiques. Selon le Climate Analytics Policy Institute, aucun des membres du G7 n’est près de respecter ses engagements de réduction des émissions pour 2030.

La réponse violente à des voix pacifiques à Venise est un rappel cinglant que la liberté d’expression et le droit de manifester sont toujours sacrifiés sur l’autel de la “sécurité” orchestrée par ceux au pouvoir.