A69 : des opposants au projet d’autoroute obtiennent un sursis pour le bois de la Crémade

En raison de la nidification d’espèces protégées, l’abattage d’arbres du bois de la Crémade, dans le Tarn, ne pourra être entrepris avant le 1ᵉʳ septembre, a tranché l’Office français de la biodiversité.

L’Office français de la biodiversité (OFB), a rendu son procès-verbal d’audition. “L’instance certifie que quatorze espèces protégées commencent à nicher et elle déclare qu’on ne peut pas abattre les arbres avant le 1er septembre”, rapporte Me Alice Terrasse, conseil de Jean Olivier, ancien directeur de France Nature Environnement Occitanie Pyrénées. Ce dernier avait porté plainte le 20 mars auprès du procureur de la République de Toulouse pour contester la légalité des coupes d’arbres sur cette zone et notifier la possible nidification de mésanges bleues pouvant être affectée par un abattage. Une enquête avait alors été diligentée.

“Il y a une procédure à respecter pour déclasser une zone et on ne peut pas le faire sur simple affirmation d’un doigt mouillé”, affirme Me Terrasse, qui voit dans la décision de l’OFB “une victoire symbolique pour les militants dans cette lutte de longue haleine”. “Elle montre la légitimité de leur action, se félicite l’avocate. Car nous sommes parvenus à faire reconnaître que les choses ne se passent pas dans le bon sens : le concessionnaire ne respecte pas l’arrêté préfectoral et le préfet se fiche des prescriptions de son propre arrêté et se fait complice d’infractions environnementales.”

Une branche à la main, Thomas Brail, arboriste grimpeur fondateur du Groupe national de surveillance des arbres (GNSA), reste sidéré. ” Les pelleteuses ont tout détruit. Quand je vois ce désastre, ce saccage, puisque deux cents arbres ont été abattus, je ne peux pas être joyeux “, réagit celui qui avait mené une grève de la faim puis de la soif pour s’opposer au projet.

Nous suivre