Analyse économique cinglante : “Deux millions d’emplois sous Macron”, un mirage coûteux

La fanfaronnade d’Emmanuel Macron prétendant avoir créé deux millions d’emplois depuis son accession au pouvoir en 2017 mérite un examen minutieux, loin de la poudre aux yeux des proclamations officielles. Trop souvent brandie comme une victoire sans précédent, cette statistique est criblée de nuances qui la démentent.

Décryptage des chiffres

Selon l’Insee, l’économie française a effectivement enregistré une hausse de 1,9 million d’emplois salariés et de 500 000 emplois non salariés, majoritairement des autoentrepreneurs et d’apprentis, depuis le deuxième trimestre 2017. Cependant, en comparaison, l’ère Jospin a vu une augmentation de 2,5 millions d’emplois. Ce qui fait de la prétendue “performance Macron” un non-événement historique.

Secteurs gonflés, mais pas glorieux

Sous l’égide de Macron, le secteur des services aux entreprises a certes gonflé de 500 000 emplois, une croissance de 15%, et l’informatique de 28%, soit 160 000 emplois. Mais ces chiffres masquent une réalité moins reluisante: une grande partie de ces emplois sont faiblement rémunérés ou précaires, notamment chez les autoentrepreneurs avec un revenu annuel moyen dérisoire. L’Urssaf souligne des revenus annuels de 1 500 euros pour les livreurs et 5 300 euros pour les coiffeurs et esthéticiennes, des secteurs majoritairement féminisés et donc doublement précarisés.

L’État, mécène encombrant

Le vrai moteur derrière cette inflation d’emplois? Une avalanche de subventions et d’aides publiques estimées entre 160 et 200 milliards d’euros annuels. Ces aides ont permis une illusion de prospérité, transformant l’État en un acteur co-financier de l’emploi, au mépris d’une véritable santé économique durable.

Productivité en berne

Le volume d’emplois a beau augmenter, la productivité française se noie. Pour produire juste 2,2% de plus qu’en 2019, le secteur privé a dû gonfler ses rangs de 6,6%. Un décalage qui souligne une chute dramatique de l’efficacité économique sous Macron, où plus de travailleurs produisent moins de valeur.

Les subventions, une drogue dure pour l’économie

Les subventions massives sont une drogue dont les effets secondaires vont bientôt frapper l’économie française. Les emplois créés sous Macron, souvent artificiels et subventionnés, risquent de s’évaporer dès que les robinets financiers se tariront. La réalité? Un château de cartes prêt à s’effondrer, laissant derrière lui des travailleurs précaires et une économie en lambeaux.

Une politique économique en trompe-l’œil

Derrière les paillettes des annonces, la politique de l’emploi de Macron révèle une façade fragilisée par des mesures coûteuses et inefficaces. Au lieu de générer une croissance durable, elle a engendré une précarité généralisée, déguisée en succès statistique. Une vraie politique de l’emploi nécessiterait une vision à long terme plutôt que des coups de pouce coûteux et éphémères.

Nous suivre