Le glacier de l’apocalypse fond à une vitesse effrayante

Le glacier Thwaites, surnommé “glacier de l’Apocalypse”, fait à nouveau parler de lui. Situé dans la péninsule de l’Antarctique de l’Ouest, ce mastodonte de glace est responsable de 4 % de la hausse annuelle du niveau des mers. S’il fondait entièrement, il provoquerait à lui seul une montée des océans de 60 cm. Et selon une étude récente publiée dans la revue *Proceedings of the National Academy of Sciences*, il fond encore plus vite que prévu.

Une Fonte Accélérée

Les chercheurs, en utilisant des données satellitaires précises du réseau Iceye, ont découvert une intrusion inquiétante d’eau de mer chaude et dense sous le glacier. Ces intrusions, causées par les puissants mouvements de marée, réchauffent et pressurisent la glace. ” L’eau est suffisamment pressurisée pour soulever une colonne de plus d’un demi-mile [environ 800 mètres] de glace “, explique Éric Rignot, professeur en sciences du système Terre à l’université de Californie et auteur principal de l’étude. Ce phénomène provoque une ” fonte vigoureuse ” du glacier. Les chercheurs avertissent que nous pourrions avoir sous-estimé l’impact futur de la montée des eaux. Le glacier Thwaites représente un danger colossal : s’il fond entièrement, le niveau des mers monterait de 60 cm, un chiffre qui devrait faire frémir quiconque se soucie du futur de notre planète.

Un Monde Méconnu

La situation est aggravée par le manque de connaissances et de moyens pour étudier ces phénomènes. La fonte polaire, conséquence directe du changement climatique, est un sujet entouré de nombreuses incertitudes. ” En dollars réels, on travaille avec le même budget en 2024 que dans les années 1990, déplore Éric Rignot. Nous devons développer la communauté des glaciologues et des océanographes physiques pour résoudre ces problèmes d’observation le plus tôt possible, mais à l’heure actuelle, c’est comme si nous gravissions le mont Everest en baskets. “

Les scientifiques soulignent que, sans une augmentation significative des moyens de recherche, notre compréhension de ces processus critiques restera limitée, et avec elle, notre capacité à anticiper et à répondre aux changements climatiques drastiques. Le glacier de l’Apocalypse, avec sa fonte accélérée, est un sinistre rappel de l’urgence de la situation.

Nous suivre