Ici, c’est comme l’Allemagne nazie” : Horreur à Mâcon, un homme sauvagement agressé par des militants d’extrême droite

Dans la sombre nuit du 13 avril, une scène digne des pires heures de l’Histoire s’est jouée à Mâcon, ville paisible de Saône-et-Loire. Thomas, un citoyen engagé dans la vie associative locale, a été brutalement attaqué par une horde sauvage appartenant à Active Club France, un groupuscule néo-nazi qui sévit avec une violence inouïe. Ce qui devait être une soirée culturelle s’est transformé en un cauchemar éveillé, illustrant la montée terrifiante de l’extrême droite en France.

Une expédition punitive préparée

L’agression a été préméditée avec une précision militaire. Thomas, appelé à l’aide par ses camarades du local Le Libertaire, a été pris au piège par cinq individus. Les témoins racontent une scène d’une brutalité rare : coups de pied à la tête, coups de poing, usage de poings américains et même un couteau brandi en menace. Les assaillants n’ont pas seulement frappé, ils ont tenté de briser. La victime a été laissée a terre, avec un corps marqué par la violence.

Des racines profondément toxiques

Active Club France ne cache pas ses affiliations et ses intentions. Importé des entrailles les plus sombres des États-Unis, ce groupe prône un nationalisme extrême, se préparant au combat et à la subversion. À Mâcon, ils ne se contentent plus de marquer leur territoire avec des autocollants ou des graffitis. Ils passent à des actes de terreur physique, marquant les esprits autant que les corps.

La complicité du silence

L’attaque n’est que la partie émergée de l’iceberg. La réaction des autorités et le silence complice de certains segments de la société ne font qu’encourager ces comportements. La loi Darmanin sur l’immigration est perçue par beaucoup comme un feu vert à l’intolérance et à la répression, nourrissant les flammes de la haine. Les agresseurs de Thomas, forts de leur impunité, ne se contentent plus de menacer; ils passent à l’acte avec une audace effrayante.

Un appel à la résistance

Face à cette escalade, la communauté de Mâcon et au-delà doit se lever. Il ne s’agit pas seulement de réparer les vitres brisées ou de soigner les plaies. Il s’agit de combattre une idéologie qui cherche à détruire les fondements mêmes de notre société. La résistance est nécessaire, sur le terrain, dans les médias et dans chaque conversation. Il est temps de dire assez, de refuser que notre époque soit marquée par le retour de fantômes que nous pensions avoir chassés à jamais.

Nous suivre